5 idées de mots doux pour voisins trop bruyants

 

 

Le bruit des voisins peut être une véritable gêne quotidienne difficile à éviter. Vos voisins font trop de bruit et vous n’en pouvez plus ? Découvrez quelques idées de mots à glisser sur leur paillasson ou dans leur boite aux lettres pour retrouver la tranquillité dans votre logement. Un rappel à la loi s’impose.

 

Vos voisins passent l’aspirateur dès 6h le dimanche matin ou font tourner la machine à laver en pleine nuit ? Pire, ils organisent des soirées régulièrement et montent le son pour ne pas entendre la sonnette ou font des travaux tous les dimanches ? Sachez que vous êtes dans votre bon droit et que vous pouvez demander à vos voisins tapageurs de cesser leurs méfaits… dont ils ne se rendent pas toujours compte.

Les troubles de voisinage peuvent vite gâcher la vie. Pour que la situation ne s’envenime pas avec vos voisins, nous vous proposons quelques idées de mots originaux pour leur demander de faire un peu plus attention à vous dans un premier temps. Dans un second temps, vous pourrez leur rappeler que le  tapage nocturne  ou diurne est puni par la loi. Les démarches amiables étant à privilégier avant de prévenir les autorités et porter l’affaire devant les tribunaux compétents.

 

Vous optez pour la gentillesse

 

« Chers Voisins du dessus, depuis plusieurs jours nous sommes gênés par un bruit incessant de talons et d’aspirateur. Je suis certain que vous ne le faites pas exprès, et vous n’êtes par ailleurs pas responsables des murs trop fins de cet immeuble. Aussi, je ne vous en tiens pas rigueur. Mais j’en profite pour vous demander de faire un peu plus attention à ceux qui habitent en dessous et d’opter pour de nouveaux chaussons. Prenons un thé à l’occasion pour nous présenter et discuter. Vos voisins du dessous. »

 

Vous choisissez l’humour

 

« Cette nuit encore, nous avons été réveillés en fanfare. N’étant pas des fans de musique, et encore moins d’être réveillés au milieu de la nuit, que diriez vous d’écouter des morceaux choisis par nos soins pour couvrir les vôtres ? Pas top comme option, non ? Pour éviter toute cacophonie, ne pourrions nous pas tout simplement baisser le son ? Et accessoirement changer de disque… Vos voisins de palier, qui n’en peuvent plus des nuits d’insomnie et qui ne cherchent qu’à vivre une vie paisible dans leur appartement dans lequel ils ont mis toutes leurs économies ! »

 

Vous le confrontez

 

Pour expliquer au voisin auteur du trouble la gêne occasionnée, rien de mieux que d’aller sonner à sa porte et de lui expliquer (calmement) ce qui ne va pas. Il ne se rend peut-être pas compte qu’il a le pas lourd, que ses enfants font trembler les murs (ou le plafond) … La discussion peut permettre de changer la situation.

 

Vous optez pour la fermeté

 

« Chers Voisins, les troubles de voisinage, bruit ou odeur, sont passibles de poursuites et punis par la loi. Je vous rappelle donc qu’il existe des règles dont vous n’êtes pas exempts. Ainsi, en vous prévenant une première fois de bien vouloir les cesser, j’espère que vous entendrez raison et que nous n’aurons pas à aller plus loin en prévenant les autorités ou en engageant des poursuites. Je vous rappelle qu’une amende forfaitaire de 68 euros est prévue si je préviens la police et qu’ils constatent le trouble ».

Vous pourrez joindre à ce rappel à la loi le règlement de copropriété ou les arrêtés relatifs au bruit dans votre commune notamment sur l’usage de la tondeuse.

 

Vous restez classique et optez pour un courrier type

 

Si vous êtes toujours en manque d’inspiration ou que vous ne savez pas quel ton adopter face à votre voisin, vous pouvez aussi utiliser une lettre de demande amiable à un voisin en cas de nuisance (modèle ci-dessous: en savoir plus). Vous pouvez d’abord lui envoyer ce document en courrier simple, puis en recommandé avec accusé de réception si le voisin persiste.

Pour rappel, la loi encadre le tapage nocturne et le tapage diurne. C’est-à-dire que de jour comme de nuit, il n’est pas possible de déranger ses voisins avec un bruit répétitif et intense. Les auteurs s’exposent à une amende forfaitaire de 68 euros qui peut aller jusqu’à 180 euros si elle n’est pas réglée dans les 45 jours. Notez que si l’auteur des nuisances est votre locataire, vous devrez faire des démarches afin qu’il cesse les nuisances sonores  afin de ne pas engager votre responsabilité.

 

Cliquez ici pour en savoir plus

[Émetteur] [Coordonnées postales] [Numéro de téléphone] [Adresse mail]

Objet : Courrier demande de cessation de trouble anormal de voisinage

Madame, Monsieur,

Suite à nos précédents signalements oraux ou écrits, nous vous faisons part une nouvelle fois que nous subissons toujours chaque jour, en journée, en soirée et dans la nuit, une nuisance sonore de votre part. Ce courrier signale qu’aucune amélioration n’a été faite de votre part. Habitant en dessous de chez vous, je vous apporte quelques précisions, sur les performances acoustiques de l’immeuble qui font que l’isolation phonique entre nos deux appartements implique que nous adaptions chacun nos comportements à la quiétude des voisins. Habiter dans un logement collectif nécessite le respect de la tranquillité des autres et ne pas gêner ses voisins est donc une chose importante. Nous nous permettons donc de vous signaler à nouveau de la gêne subie et de bien vouloir prendre acte de ce courrier en adaptant votre comportement à cet élément : le respect de la tranquillité des occupants de l’immeuble. Nos modes de vie et nos horaires sont différents et impliquent que nous ne faisons pas toujours du bruit au même moment, ni que nous en ayons conscience. Nous vous invitons à venir constater la gêne par vous-même si vous le souhaitez et gardons le dialogue ouvert. Nous nous croisons et sommes cordiaux, faisons en sorte que cela continue avec de bonnes relations de voisinage. Nous espérons que ce courrier fera bouger les choses et ne pas avoir à insister auprès de vous une nouvelle fois.

Veuillez agréer, Madame, Monsieur, mes salutations distinguées.

[Signature de l’émetteur] [Date]

Source le figaro